cestpastouslesjoursfacile

cestpastouslesjoursfacile

ROCHE FAURIO - 3730 m - ECRINS

ROCHE FAURIO - 3730 m

 

 

Après une deuxième nuit au refuge des Ecrins, nous partons à la conquête de Roche Faurio et ses 3730 mètres, un grand classique du secteur avec une belle arête aérienne pour le final. Réveil à 3H45, le ciel est couvert. On attaque vers 5H15 environ par les 120 m de D- en neige dure qui nous permettent de prendre pied sur le glacier blanc. Nous remontons le glacier blanc jusqu'au vallon que l'on empruntera pour la montée. Afin de décharger les sacs, nous creusons un trou dans la neige avec la pelle afin d'y enfouir quelques litres d'eau, notre pique-nic et des affaires diverses. 

 




 

Une heure après notre départ, le ciel est toujours couvert mais laisse entrevoir quelques timides éclaircies. 



 

Vers 3500 mètres, on passe au dessus de ces fameux nuages. L'ambiance est au rendez-vous :



 

AU sud, la barre noire domine la mer de nuage : 


 

La barre et le dôme des Ecrins prennent le soleil... ils n'auront que très peu de prétendants ce jour-ci:


 

Vers 3600 mètres, nous arrivons au col entre Roche Faurio et Xavier Blanc, c'est ce dernier et ses 3677 m que l'on voit au fond : 


 

Ici, notre objectif: Roche Faurio et son arête finale qui culmine à 3730 mètres:


 

Xavier Blanc encore :


 

Les Agneaux:


 

Les 2 géants dominent la mer de nuage:


 

Le Pelvoux et barre noire en 1er plan: 


 

Pic sans nom:


 

Pointe Louise et les Agneaux au fond: 


 

Ici ce doit être Roche Paillon:


 

Les Rouies :


 

L'Olan:


 

On se concentre ensuite sur notre arête sommitale. On déchausse et on démarre en tirant une longueur, les 1ers pas sont bien exposés:


 

On remonte ensuite une sorte de cheminée en 3+ puis on poursuit sur l'arête encore bien en neige: 


 

Il y a pas mal de monde qui s'entasse sur les dernières pentes de neiges sous l'arête:


 

Voici la dernière partie horizontale de l'arête, nous nous arêterons jute devant cette partie avant les corniches... 


 

La Grande Ruine et sa Pointe Brevoort (3765m):


 

La Reine et le Pic Gaspard :


 

Les aiguilles d'Arves (... et non d'Arles) sont également dans les nuages : 


 

Pointe Louise: 


 

Le Mont Blanc au fond : 


 

Bref, après avoir profité un maximum de la vue, on chausse les skis et on descend. Neige correcte jusqu'à 3500 mètres, puis on arrive au niveau des nuages.... neige dure (et bruyante) pour le reste de la pente de Roche Faurio. On descend le plus à l'Est possible.  Une fois en bas de la pente, on reprend les affaires que l'on avait enfouis sur la neige et on décide de la suite.

On ne remet pas sur la table l'idée de monter à la Pointe Louise, ni-même l'idée du col de Sagne et son couloir sud.... nous prenons la direction de la rive droite du glacier blanc.





 

La neige (de printemps) reste correcte jusqu'à environ 2700 m où l'on affronte 200 mètres de neige lourde... très lourde..... trop lourde...


 

Cette pente nous mène sous la langue du glacier blanc et nous poursuivons avec un petit rythme jusqu'au point de déchaussage vers 2200 mètres.


 

En bas, la voiture nous attend au Pré de Madame Carle.


 

Le glacier noir permet de skier plus bas:


 

Et c'est ici que l'on clôture trois jours de ski avec des souvenirs plein la tête et des paysages plein les yeux. Nous nous faisons quand même la confidence que la montée au refuge des Ecrins est une belle bambée et que il faudrait se remotiver pour aller gravir la Barre... bientôt...

 



14/05/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres