cestpastouslesjoursfacile

cestpastouslesjoursfacile

LE GRAND FERRAND - 2758 m - DEVOLUY

LE GRAND FERRAND PAR LES CHOURUMS OLYMPIQUES, DESCENTE PAR LA FACE SE - 2758 m - DEVOLUY

 

EN VIDEO:

 

Ne pas oublier de mettre en HD dans les paramètres en bas à droite après avoir lancé la vidéo

 

 

EN PHOTO:

 

Notoriété hautement mérité pour cet itinéraire hors normes. Les chourums olympiques, voici la plus belle façon de rejoindre le sommet du Grand Ferrand. Cela doit faire 8 ou 10 ans que ces chourums attire mon attention. Cette année, j'ai eu un surcroit de motivation à l'égard du Grand Ferrand. René, embarqué aussitôt dans le projet, on se met à surveiller les conditions de ce mois de Mars afin d'essayer de les faire coïncider nos dispos, la météo et les conditions. C'est chose faite en ce 21 Mars.

 

Depuis Agnières, on fait une photo de la face Sud Est, la voie de descente:

 

 

René et moi optons pour la stratégie qui consiste à dormir à la cabane de Pra le L'aup. Nous partons des Bouches du Rhône dans l'après-midi et arrivons au Grand Villard vers 18H. Le temps de stationner sur la piste et de boucler nos affaires, nous voilà partis pour faire les 300 mètres de dénivelé qui nous séparent de la cabane où nous passerons la nuit. Nous arrivons à la tombée de la nuit.

 

C'est presque du 4* !!!

Notre cabane avec la montagne de Faraut en face:

Bec de l'Aigle et la station sur la droite:

 

 Après un repas froid mais assez copieux, nous montons dormir à l'étage. Réveil vers 4H45 du matin, on prend notre petit déjeuner on se prépare doucement et nous décollons. La lune nous offre un ciel bien clair, les frontales ne sont quasiment pas nécessaires.  

Nous voici dans le vallon du Grand Villard: 

Le jour s'est levé, René est motivé.

 

Rocher Rond un poil plus au sud:

 

Le soleil tape déjà, nous imaginons la face S déjà bien au chaud.

 

Rocher magnifique, vallon typique Devoluard

 

Le pas de la Cloche sur la gauche

 

La montée s'avère pénible à pas d'endroits, nous avons joué les têtus à ne pas vouloir mettre les couteaux mais je pense que ça n'aura pas été une bonne décision...

bref, tout à coup se dévoile l'objet de nombreuses discussions, imaginations, fabulations, réflexions, souhaits et j'en passe: les Chourums !!!

Nous pensons que une fois sur les traces toutes celles nous avancerons moins péniblement.... mais finalement non.

 

 

 

L'entrée du 1er Chourum, nous y arrivons aux alentours de 8H et les cailloux et bouts de glaces chutaient déjà dans tous les sens. 

 

On fait une bonne pause, nous mettons les skis sur le sac, chaussons les crampons, s'encordons, s'armons de nos piolets et partons à l'attaque du 1er tunnel avec une banane d'enfer. 

 

 

 

Les conditions sont bonnes et nous permettent d'avancer facilement.

 

La sortie du 1er tunnel se fait par un jolie couloir qui vire sur la droite en s'élargissant. Avant de sortir via cette sorte d'entonnoir gigantesque il y a quelques mètres en glace. 

Le couloir étroit: 

Le gigantesque entonnoir: 

 

Le Pic de Bure au fond, l'entonnoir au 1er plan:

 

René poursuit vers l'entrée du 2ème chourum, la pente part à l'aplomb de l'impressionnant entonnoir.

 

Look back sur le vallon de la montée. On ne traine pas tôt et je m'engage dans le second tunnel. 

 

Très vite on aperçoit les arches inter-ferrantes... si belles, si grandes...

 

C'est magnifique !

 

Je passe une seconde partie en glace et vient buter sur un pilier où je pensais trouver un relai, mais je ne l'ai pas vu. Je poursuis sur la droite et desuite à gauche un dernier petit tunnel, plus étroit, nous mènera sur les pentes sommitales. 

René, au top.

 

C'est parti, je suis au niveau de l'entrée du dernier petit tunnel plus étroit.

Le voici: 

Et voici de haut, à sa sortie la pente est plus raide.

Le sommet n'est plus très loin mais on va encore gaspiller un sacré paquet d'énergie pour y arriver.

 

La pente se couche à nouveau et la neige porte mieux, il n'y a plus qu'à poursuivre facilement.

 

Nous voilà au sommet, heureux.

 

On profite du paysage,Bure par ici

 

Le Mont Blanc au nord

 

Mont Aiguille et Grand Veymont au Nord Ouest dans le Vercors:

 

Aiguilles d'Arves à gauche avec le Goléon, au milieu ??? et à droite le Rateau et le Grand Pic de la Meije. 

 

Pic de Bure et tête de Cluse:

 

Après avoir bien profité de la vue, nous attaquons la descente par le bout d'arête. Nous prenons un vent bien froid et déplaisant. 

 

Nous ne prenons pas le temps de bien regarder par ci par là voir où est-ce que l'on peu désescalader et tombons sur un relais sur sangle. Nous laissons un maillon rapide et rappelons (25 mètres)

 

Le rocher rond au sud, et notre face Sud qui nous attend. 

 

La 1ère partie au dessus de la barre rocheuse était un peu croutée, nous avons joué la carte de la prudence. La suite était en conditions excellentes et jusqu'à la cabane. Juste après la pente S, nous avons fait une longue traversée qui nous a permis de ne pas repeauter. L'enneigement est pas énorme mais suffisant.

Nous déchaussons à quelques mètres de la cabane, et exposons notre panoplie en plein soleil pour la faire sécher, il est midi. Nous sommes heureux et avons le sourire jusqu'aux oreilles. On casse la croûte, faisant aérer la cabane, chargeons les sacs et attaquons la descente jusqu'à la voiture, 300 mètres plus bas.

 

 


01/04/2019
0 Poster un commentaire

LA PENDINE - 2749 m -& LA BLANCHE - 2953 m - ECRINS

CRETE DE LA PENDINE - 2749 m - ECRINS

 

 

1ère journée de notre excellent WE chez Vincent (comme à son habitude), nous partons ski aux pieds depuis son chalet à l'assaut de la Pendine. La température est clémente et nous traversons la forêt. Au fond, notre objectif.

 

Le voici zoomé, avec les remontées qui arrivent un peu sous le sommet. Nous monterons au Rocher Noir et suivrons ensuite l'arête jusqu'au col puis poursuivrons jusqu'à la Pendine.

 

Après la forêt, nous avons longer les pistes que nous dépassons pour monter jusqu'au Rocher Noir qui se situe sur la crête des Près de Bans.

 

Ici les têtes:

 

Peyre-Eyraud: 

 

La suite de l'itinéraire: crêtes des Près des Bans et Pendine:

Qui aurait cru que la journée se serait transformée en course d'arête engagée :)

 

Le Pelvoux et le Petit Pelvoux à droite: 

Les collègues restés sur la tête de Rocher Noir:

 

Super esthétique, on se régale.

Traversée un peu banzaï... 

 

Et on poursuit jusqu'au sommet, le temps est parfait et la vue est dégagée: 

 

Col de Bal, Queyrettes, Neyzers et Aigliere à droite

 

Il y a du monde au col de Bal:

 

L'aigliere est bien fière:

 

Voici le couloir que l'on avait fait il y a quelques années... FX avait repéré ce couloir bien sympa et ça a bien pimenté la course par rapport au fait d'aller rejoindre l'épaule plus à gauche. 

On profite de la vue sur le sud des Ecris

 

Le Viso

 

On redescend par les pistes et on bifurquera pour couper à travers la forêt afin de rejoindre le chalet de Vincent pour une soirée chaleureuse au coin du feu. 

 

 

 

 

LA BLANCHE - 2943 m - ECRINS

 

2ème jour, cette fois nous prenons les voitures jusqu'à Puy Aillaud avec La Blanche pour objectif. 

La météo n'est pas au RDV, il neige et c'est totalement bouché.

 

 

On remonte les pistes, de plus c'est plus facile pour se repérer.

Et on poursuit au dessus sur la croupe qui mène à La Croix du Chastellet. 

 

En face, la Rouya:

 

Le ciel se dégage par moment et on aperçoit La Croix du Chastellet, notre point de passage:

Une partie du groupe amorce la descente et les autres déchaussent pour faire traverser l'arête à pied. 

La Croix n'est plus très loin

 

ça y est, nous poursuivons la traversée avec les skis sur le dos:

 

La Blanche est encore assez loin: 

Ici la fin de l'arête et la Blanche au fond:

 

Très esthétique: 

 

Bref, nous débouchons de l'arête et continuons à monter, ça se redresse vite jusqu'à un petit collet. La météo et la visibilité est redevenue très mauvaise, nous atteindrons le collet mais n'avons pas la motivation pour aller jusqu'au sommet de droite, nous nous contenterons de l'antécime à gauche du petit collet. 

 

Le sommet de droite: 

 

Les conditions de descentes étaient vraiment pas mal, beaucoup mieux que ce que l'on pouvait espérer. Par contre le manque de visibilité ne l'a pas rendue très plaisante non plus. Une fois les pistes rejoignent, on se laisse descendre tranquillement. 

Voici qui clôture unWE bien sympa !

 


25/03/2019
2 Poster un commentaire

LA COUPA - 2629 M - CHAMPSAUR

LA COUPA - 2629 M - CHAMPSAUR

 

Première sortie de la saison. Les conditions étaient bonnes le week-end précédent mais la météo des 3 derniers jours fait que nous ne sommes pas très enthousiastes sur les conditions que nous allons trouver ce mercredi.... et en effet ce n'était pas fameux... Cependant, nous avons bien profité de cette belle journée de début Décembre avec des températures clémentes, un beau soleil et un ciel bleu bien dégagé.

 

Le mardi soir nous prenons la route, les rassemblements des gilets jaunes nous permettent de ne pas payer le péage. Nous passerons la nuit dans le véhicule à Archinard, pratique pour le lendemain matin.

 

Après un petit déjeuner et quelques bidouilles, nous chaussons les skis et attaquons vers 8H15 du matin. 

 

L'enneigement est assez faible au niveau du parking mais on peut quand même chausser. 

 

Dans la partie en sous bois on monte sans problème, même la petite passerelle est enneigée.

 

Sur les versants sud, le soleil chauffe déjà au dessus de la station de Orcières, Drouvet, Prelles, Estaris, Rougnoux...

 

Ici sous la cabane de Roinette:

 

La suite de l'itinéraire avec La Coupa au fond.

 

Eric se lance dans la traversée d'un petit ruisseau... c'est un peu banzaï avec les skis mais on ne déchausse pas.

 

 

Sous la crête de Malamorte et ses quelques coulées:

 

Le Barle:  

 

L'aiguille d'Orcières et ses 2793 mètres.

 

Direction le sommet

 

La Grande Autane et ses 2519 mètres:

 

Eric arrive au sommet, moi je me fait doubler par 2 jeunes bien en forme, et arrive ensuite à mon tour. La vue y est dégagée.

 

Crête E/NE avec le Barle et l'Aiguille d'Orcières 

 

Le Mourre Froid et ses 2993 mètres 

 

La pointe de Serre et ses stries, wahou (2909 m)

 

Le Piolit au sud: 

 

Au 1er plan: Petite Autane et le col Combeau. Au second plan le Devoluy 


Ceüse au fond et Aiguille d'Ancelle au 1er plan: 

 

Après ce bon moment au sommet un poil ventée, on va attaquer la descente...croutée... difficile à skier... 

 

Les grands des Ecrins au nord: 

 

Le Tourond et le Vieux Chaillol et ses 3163 mètres:

 

A l'Ouest,l’Obiou et ses 2789 mètres

 

Le Grand Ferrand et l'Aupet:

 

Bure

 

Voilà une belle petite sortie qui marque le lancement de la saison !


12/12/2018
0 Poster un commentaire

PETIT RIDE EN LUBERON: PERTUIS - ANSOUIS - VILLELAURE

PETIT RIDE EN LUBERON: PERTUIS - ANSOUIS - VILLELAURE

 

Montage vidéo du petit ride du dimanche dans les collines du Lub entre Pertuis, Ansouis et Villelaure en partant de la maison.

 

 

 

PS: le gilet jaune c'est pour les chasseurs.


21/11/2018
0 Poster un commentaire

L'OLAN - 3564 m - Ecrins

L'Olan - voie Escarra - 3564 m - Valgaudemar, Ecrins

 

Après des tentatives avortées à cause de mauvaise météo, des plans et projets reportés l'Olan s'est fait attendre depuis 2012. C'est finalement en Août 2018 que les planètes se sont alignées et que nous sommes montés au sommet du tant convoité Rigolant

 

VIDEO:

 

 Ne pas oublier de mettre en HD dans les paramètres en bas à droite après avoir lancé la vidéo

 

PHOTOS: 

 

Le RDV est fixé en milieu de matinée, nous avalons les quelques heures de route qui nous séparent de La Chapelle en Valgaudemar. LLa météo est mitigée mais il ne pleut pas. Nous nous trouvons une petite table en bordure de rivière pour pique niquer, produits frais, sains et en quantité sont au RDV comme à notre habitude avec Olivier désormais Cool. Nous bouclons nos sacs et attaquons l'approche.

 

 

Ici des "callunes vulgaires" autrement appeleée bruyère qu'il doit être très appréciable en pleine période de floraison:

 

 

 

 

Le torrent s'éclate et se permet de belles cascades ! 

 

 

 

 

 

Une brume épaisse s'installe au fur et à mesure que nous nous approchons de l'endroit où nous passerons la nuit aux allures  de refuge de pirate sur lequel flotte un étendard distinctif.

 

Le soir il pleut un peu, le vent chasse ensuite les nuages mais les températures sont fraiches, voire froides, il fait environ -2° à 4H du matin, l'heure vers laquelle nous quittons le refuge. 

 

 

L'approche est à peu prêt évidente dans le noir jusqu'au Pas de l'Olan et un poil plus hasardeuse ensuite. Nous prenons pied sur le glacier et remontons jusqu'à la rimaye bien ouverte. Nous repérons un large pont de neige robuste sur la droite et l'empruntons.  

 

 

Nous remontons la première série de rocher quasiment tout droit jusqu'au névé suspendu, l'eau coulante est encore en glace, la vigilance est la bienvenue. Nous attaquons ensuite la traversée vers la gauche, pas légèrement ascendante jusqu'à se retrouvé à l'aplomb de la brèche Escarra. 

  

En s'approchant de la brèche, nous entendons le vent qui vient se bousculer sur l'arête et la brèche, il semble violent. En montant, je me retourne vers Olivier et lui annonce que nous ne sommes pas certains d'atteindre le sommet dans ces conditions. Nous poursuivons néanmoins jusqu'à la brèche, le vent violent et glacial est en effet de la partie. Nous en profitons pour faire une pause, manger un bout et s'hydrater. Le vent est sensé se calmer en fin de matinée. Après un court moment de réflexion nous nous équipons (gants, doudoune, capuche, bonnets etc...) et repartons s'essayer sur l'arête. 

 

 

Pic de l'Etendard

 

 

Ma figure, bien couverte....

 

 

Muzelle, Etendard, Selle

 

Le vent rend la progression pas très agréable et il faut redoubler de vigilance. On croise les 1ères cordées qui traversent depuis l'arête N et on continue. Ici nous sommes dans le dernier ressaut juste sous le sommet, tout proche. 

 

RigolantRigolantRigolant

Le vent se calme peu à peu et devint supportable. Nous profitons du sommet et de la vue.

 

Etendard à gauche, la Selle, Pic de la Grave, Rateaux, Meije:

 

Dome, Barre, Fifre etCoolidge sur la droite

 

 

LeRateau

 

 

On devine les Viso (derrière le voile) au fond, à gauche les Bans et la Pointe des Boeufs rouges

 

Les voici de plus près:

 

Au sud Est, la tête del’Obiou:

 

Grand Ferand

 

Olivier, fier.

On ne s'attarde pas plus que ça car nous n'avons pas été rapides à la montée et la descente est tout aussi longue. Nous attaquons par un rappel qui nous dépose au pied du dernier ressaut. La descente nous prendra autant de temps que la montée. A la brèche nous profitons une dernière fois de la vue vers le nord et plongeons ensuite dans la face sud. 

 

Nous regagnons le glacier où nous avions laissé piolets et crampons et très vite le arrivons aux sentes qui mènent au Pas de l'Olan. Un dernier look back sur la face et la brèche et nous descendrons jusqu'au refuge par le sentier balisé. 

 

Une pause bien méritée au refuge et puis nous attaquons ensuite la longue descente jusqu'à La Chapelle. Ainsi se termine notre belle bambée du WE. 

 


12/11/2018
5 Poster un commentaire


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser