cestpastouslesjoursfacile

cestpastouslesjoursfacile

2011 NEPAL - NAAR PHU TILICHO TREK

Le NEPAL, pays regroupant le plus grand nombre de sommets de 8000 mètres. Cela faisait un moment que j'avais envie de voir ça de plu prêt... l'occasion s'est présentée en Octobre 2011 !!! un mois sur place, un mois de bonheur...

Des belles découvertes, des montagnes, des gens extras, du dépaysement, ..... tout est réuni pour passer du bon temps. 

Il y a 2 bonnes saisons pour profiter des montagnes népalaises : vers le mois de Mars et vers le mois d'Octobre/Novembre.

Ainsi, on arrive à Katmandou, dès nos premiers pas le dépaysement est total. On va passer nos nuits dans le quartier touristique de Thamel, lieu de passage de tous les montagnards. On y trouve d'innombrables shop de montagne.

On comprend vite pourquoi il y a des coupures d'électricités plusieurs fois ou plusieurs heures par jour ici....

 

Nous avons quelques jours devant nous pour visiter la ville et ses curiosités alentours. On enchaine les marchés, magasins, monuments et places historiques, 

 

Ici les balançoires locales avec à chaque fois les minos qui s'en donnent en coeur joie !

 

Nos premières journées sont bien remplies, Dubar square, BodnathBhaktapur, temples, Pashupatinath, ...

Ici un stupa de swayambunath qui domine la capitale : 

 

Ici des locaux en vacance scolaire :

 

Ensuite on prend la direction de magnifique site de Pashupatinath. C'est un des plus important temple hindou dédié à Shiva.  On assiste à des cérémonies funèbres au bord du Bagmati. On y voit un corps en train de brûler avant d'être jeté dans la rivière :

Ou encore ici des holi baba vivant des prière, de drogue  et des dons...

Ici le plus fort des dieux Hindous : le dieu singe hanuman !

 

Ensuite on va manger chez un local nommé Rakesh dans sa modeste demeure au milieu d'un bidonville :

Le repas sera Chapati et nous prenons le temps de jouer avec le plus petits des enfants de la famille.

 

Ensuite on entame la visite de l'imposant Stupa de Botnath : 

 

Les visites et découvertes s'enchainent jusqu'au jour tant attendu du départ pour le trek de Naar Phu Tilicho. Nous sommes passés par une agence locale et n'avons pas été déçus par le prix et les prestations. Le premier matin, on fait connaissance de l'ensemble de l'équipe : sherpa, porteurs, cuisiniers, etc... et on prend un bus local direction Besi Shahar  au pied des Annapurnas !

L'ambiance y est moyenne montagne, c'est très vert, beaucoup d'eau, très fréquenté car pour le moment on est sur la même portion que le tour classique des Annapurnas. Donc, beaucoup de lodges, d'auberges, de petits restaurants, etc...

 

Ici juste en dessous de Nadi Bazar :frrz((rz

 

Il n'est pas rare de croiser des porteurs surchargés , ou même des femmes transportant des charges phénoménales... De plus ce n'est pas la peine de leur proposer un sac que l'on peut avoir (et payer un bras auprès des grandes marques de montagne), car ils ne savent pas s'en servir.... un panier en bois, et une sangle positionner sur le haut du front...

 

On continue à monter doucement, les journées de marche passent, les paysages changent, et les villages s'enchainent. Parfois on a la vue dégagée sur les 8000 des Annapurnas et sur le Manaslu ici en photo. C'est sur ce sommet qu'une avalanche a détruit un camp de base et une poignée de français au passage en septembre 2012.

 

On s'occupe du repas du soir avec le cuisinier et les porteurs. Le poulet n'a pas fait long feu sous les coups de Kukuri. Le Kukuri est ce couteau avec une forme spécifique, il était utilisé par les Gurkhas, cette force armée anglaise qui formaient les soldats parmis les plus robustes du monde. En effet, le népalais, solide, habitué aux conditions les plus rudes et à l'altitude. 

 

 

Je me rend compte que les auberges locales, appelées lodges mettent des jeunes femmes au comptoir pour essayer de fidéliser les innombrables guides qui y passent... et bien ça marche car le notre repère quelques adresses dans lesquelles il nous avoue avoir un penchant pour la serveuse....

 

On continue à monter, Bhulbhule, Nadi Bazar, Bahundanda, Ghermu, Syange, Javat, Chyamche, Tal, Karte, Dharapani, Bagarchhap (carrefoir pour le rendre au Manaslu), Danakyu, Timang, Koto et enfin Chame.

Chame enfin !!! Enfin car c'est ici que notre chemin s'écarte du tour classique des Annapurnas. Autant dire que j'attendais ce moment depuis un moment. Nous allons enfin entrés dans une vallée bien moins fréquentée (et qui à mon avis va l'être de plus en plus... donc perdre en authenticité...). Pour vous donner une idée, le permis de trek pour le tour des annupurnas et de l'ordre de 20 euros pour une durée de 1 mois, alors qur pour la vallée de Naar Phu c'est 90 euros pour 7 jours. De plus, il n'est pas possible pour un étranger (hors Népal et Inde) d'entrer dans cette vallée sans guide. 

 

 

On va enfin monter à des altitudes plus importantes avec des villages à + de 4000 m et des cols à plus de 5000.

 

 

Ici, plus de lodges, plus de touristes, moins de vie, les conditions sont un peu plus rudimentaires. Les campements sont moins confortables. Ici un exemple de cuisine mise à disposition sur ulecampement de Mahendra pul.

 

On continue à monter en passant nos nuits dans divers campements. Sans surprise la plupart des repas seront du Dal Bath, hummm....

 

Nous arrivons enfin au village de Phu, un village du bout du monde ou je conseille d'aller avant que le charme ne s'efface avec l'arrivée des lodges, restaurants etc...

Splendide ! nous décidons d'y passer quelques jours pour profiter !

 

Voici ma collègue de Phu, la seule personne avec qui j'ai pu communiquer un peu verbalement car elle apprenait l'anglais à l'école de Katmandou. Elle m'a expliquer son quotidien et m'a montrer ses parents qui s'occuper des céréales. C'est alors que je me suis proposer d'aider sa famille durant la journée et ainsi partager leur quotidien. 

 

Et me voici en train de battre les céréales sur leur parcelle de terrain. 

 

D'autres collègues qui jouent avec une bouteille et leur uri....

 

On en profite pour monter à un monastère tibétain ou le moine nous explique son quotidien, nous offre un thé tibétain (à base de lait de yak : beurkkk). 

 

On croise des dames qui sortent de la prière dans le monastère. On se rend bien compte que nous ici très proche du Tibet par rapport aux coutumes et aux faciès. 

 

On quitte le magnifique village de Phu (4080 m). On redescend par le même sentier jusquà l'embranchement vers 3500 m pour prendre la direction de Naar, autre village un peu plus grand qui se situe à 4110 m. 

 

Belle vue sur le Pisang peak et ses 6091 m.

 

Dans la montée, on croise encore des yaks plus ou moins sympathiques, les Naar gates, des symboles religieux, des aigles, des habitants de Naar qui ramassent les crottins pour les faire sécher sur les rochers ou des tôles afin de s'en servir pour faire du feux dans les cuisines. 

 

 

On se pose dans le bar du coin où fusent les clash vocaux sur l'air de la chanson locale (jhim jhim sanu). On prépare les samousas pour le repas du soir et on prend le temps de jouer aux cartes. 

 

Le seul bar du village où les jeunes alentours nous ont rejoint pour la petite fiesta organisée. Au dessus du poil à bois, de la viande de yak en train de sécher... pas super bon au goût et en texture...

 

Le lendemain matin départ pour le Kangla Bhanjyang et ses 5306 m :

 

L'ascension se fait dans la neige pour la partie la plus élevée. Réelle ambiance haute montagne.  

 

 

Une fois au col, personnellement je ne m'y attarderai pas à cause des effets du MaM. les symptômes du mal des montagnes se réunissent petit à petit... il est grand temps de descendre. C'est par là.

 

Look back over my shoulder, le col est dans les nuages sur la gauche.

 

On continue à descendre en direction de Ngawal. Plus on redescend, plus la végétation se diversifie. Ici une belle vue sur l'Annapurna II et ses 7937 mètres.

 

Arrivé à Ngawal, on retrouve les logdes de toutes les couleurs avec des grosses capacités de couchages, les grands (tout est relatif) restaurants et des flottes de trekkers... nous sommes bien déçus. Heureusement, cela ne va pas durer longtemps. 

On marche jusqu'à Manang, on peut même y croiser des mobylettes, des accès à internet, au téléphone, un centre de soin, etc.... Ce retour à la "civilisation" n'a pas que des mauvais côtés car cela m'a permis de prendre une douche, froide mais une douche... chose que je n'avais pas fait depuis 8 jours. Je profite de la fin de l'après-midi pour aller voir la langue du glacier du Ganggapurna.

 

On fait même une soirée chant organisée par la ville avec tous les étrangers et les locaux mélangés.

Le lendemain matin, c'est repartis, on ressort des sentiers battus du tour des Annapurna, on prend la direction du lac sacré de Tilicho (4919 m)... au pied de Tilicho peak (7134 m).

On s'arrête pour faire une photo avec une partie de l'expé.

 

Superbe !

 

Très belle portion avant d'arrivé au Tilicho base camp où l'on passera la nuit (4100m environ). Nous avons eu très froid dans les tentes, et nous avons prêté quelques affaires chaudes à certains porteurs très mal équipés dans leur cabanon de fortune.

 

Quelque part perdu entre paysages arides et neige éternelle (environ 5000 m)

 

Enfin nous atteignons le lac et son eau turquoise... Ici la langue glacière du Tilicho peak se jette directement dans le lac.

 

Dans l'après-midi, le temps se gâte et on se prend une petite tempête de neige... C'est sans aucun doute la nuit la plus froide que l'on ait passé, le thermomètre est descendu entre -10 et -20°C. C'est également la nuit la plus haute que l'on ait passé : 5000M, la  plupart d'entre nous n'ont pas beaucoup fermé l'oeil... 

 

De bon matin, on continu en contournant le lac sur un ressaut à 5300m environ, puis on poursuit doucement jusqu'au Lesokanto Pass

 

L'agence de trek à souhaité la bonne année en prenant une de mes photos prise juste avant au col avec vue sur le lac sacré et le Tilicho peak:

 

Nous voici au Mesokanto pass, après un petit gueuleton je descend rapidement en éclaireur car le mal des montagnes fait des siennes.... j'attendrai le reste de l'équipe un peu plus bas...

La descendre est raide, très raide et dans de l'éboulis de rocher péteu.

 

Plus bas on poursuit notre descente vers notre campement : Kharka (vers 4000 m). La nuit sera très fraiche également et notre tente se recouvre vite de givre. 

 

Beaucoup plus bas, en direction de Jomsom. Au fond sur la gauche le Dhaulagiri et ses majestueux 8172 mètres ! Au centre sur le plan un peu devant : le Tukuche  et ses 6920 mètres.

 

Ca y est on en arrivé à Jomsom, les porteurs sont ravis et se ruent chez le coiffeur / barbier. ON a ici accès à internet et on voit des habitations, hôtels et shop bétonnés. Nous sommes proche de l'accès au très précieux Mustang... hummm.... mais nous ne nous en approcherons malheureusement pas plus.

 

On profite de cette fin officielle de trek pour faire un gros repas et une petite fête improvisée entre membre de l'expédition... sherpas et porteurs s'en donnent à coeur joie, chantent, dansent, etc...

Ici on voit Subas et Docolche Gurung s'amuser :

 

Le lendemain on partira visiter le jolie village de Marpha puis on prendra l'avion pour Pokhara au bord du lac de Phewa Tal. L'avion n'a pas été des plus rassurants.... très flippant même dans les conditions météo du moment... ils ont même supprimés les vols derrière le notre...

Sur le lac de Pokhara :

 

On y a trouvé les meilleurs lassis que nous avons bus au Népal...

 

Après quelques jours relax passés à Pokhara et ses alentours, on prend un bus pour retourner à Katmandou pour visiter la vallée. 

Nous voici ici à Bhaktapur un jour de récolte des céréales.

 

Ou encore ici à l'heure de sortie des écoles : 

 

Ou encore ici dans au marché : 

 

Et dans le quartier des potiers (potter's square):

 

 

ON va en bus local jusqu'à Nagarkot le jour de la fête des écoles... les professeurs, écoliers et familles se réunissent pour chanter, danser et faire des spectacles... on y croise certaines scènes très émouvantes. 

 

 

Ensuite c'est retour à Thamel pour attendre notre avion et acheter quelques souvenirs. Par chance on tombe le jour de la fête en faveur de la déesse Lakshmi et ainsi tout le monde décore sa maison et les rues pour accueillir la déesse...

 

C'est ainsi que s'achève 1 mois au Népal... avec une grande envie d'y retourner encore et encore...



22/12/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres